La génération née en 1957 sera la première à subir les conséquences de la réforme du système de cotisation des retraites complémentaires AGIRC et ARRCO signée en 2015 et qui entrera en vigueur le 01/01/2019.

L’objectif de cette réforme : simplifier le système de cotisation et renflouer les caisses en « contraignant » les salariés à travailler un an de plus pour toucher 100% de leur retraite complémentaire ‘AGIRC-ARRCO’ même s’ils remplissent les conditions de départ à la retraite au taux plein.

Hasard du calendrier, elle s’appliquera après les ordonnances réformant le code du travail qui ont initié une refonte du modèle de salariat tel que nous le connaissons aujourd’hui …

Quelles conséquences pour les futurs retraités ?

Prenons l’exemple de Jean, né le 07/01/1957, qui remplit les conditions de départ à la retraite au taux plein auprès du régime de base le 07/01/2019 – âge légal : 62 ans et nombre de trimestres requis : 166

Si Jean part à la retraite le:

  • 07/01/19, sa retraite complémentaire sera impactée par un malus de 10% pendant 3 ans
  • 07/01/20, sa retraite complémentaire ne sera pas impactée
  • 07/01/21, sa retraite complémentaire bénéficiera d’un bonus de 10% pendant 1 an
  • 07/01/22, sa retraite complémentaire bénéficiera d’un bonus de 20% pendant 1 an
  • 07/01/23, sa retraite complémentaire bénéficiera d’un bonus de 30% pendant 1 an

Des grands perdants

Pôle emploi cessant le versement d‘indemnités aux seniors au chômage ayant atteint les conditions du taux plein, ceux-ci devront alors demander la liquidation de leur retraite et seront alors directement touchés par le malus de 10% pendant 3 ans. En 2016, la France dénombrait plus de 100.000 chômeurs de 59 à 61 ans. (Source : Dares – Emploi et chômage des seniors en 2015 – Chômeur au sens du Bureau International du Travail)

Quelle alternative pour Jean? Quelle bouée de sauvetage pour les seniors au chômage ayant atteint le taux plein?

Le cumul Emploi Retraite: Un dispositif à envisager !

Jean n’est pas contre une poursuite d’activité mais souhaiterait aménager son temps de travail pour une transition progressive vers la retraite. Jean possède par ailleurs une expertise qu’il aimerait transmettre aux jeunes générations et dont les entreprises ont ponctuellement besoin.

Créé en 1983, le cumul Emploi Retraite pourrait répondre aux besoins de Jean et des seniors au chômage ayant atteint le taux plein. En effet, ce dispositif permet aux retraités de reprendre, sous conditions, une activité professionnelle tout en bénéficiant de leur pension de retraite. Près de 500.000 retraités en ont profité en 2015 (Source : Dares – Emploi et chômage des seniors en 2015)

Après analyse de sa situation personnelle (*) et de ses objectifs, Jean décide de demander la liquidation de la totalité de ses retraites et de reprendre une activité en tant que travailleur indépendant qui lui permet de travailler à son rythme.

Ayant atteint l’âge l’égal et ayant cotisé le nombre de trimestres requis, Jean peut cumuler sans restriction sa pension de retraite et les revenus issus de cette activité. En fonction de son expertise, Jean peut négocier des tarifs journaliers qui pourraient lui assurer un complément de revenu confortable.

A noter: depuis 2015, les cotisations versées dans le cadre de la nouvelle activité professionnelle ne permettent plus de bénéficier de nouveaux droits à la retraite quel que soit le régime de cotisation. Ces cotisations seront par contre réévaluées en janvier 2019 (augmentation du taux d’appel et de la Contribution d’Equilibre Générale)

*:  Avant de prendre une quelconque décision, il est préférable de se rapprocher des caisses de retraites de base et complémentaire et/ou de structures spécialisées pour faire un bilan de sa situation personnelle et envisager l’option la plus avantageuse pour soi (poursuite du dernier emploi, cumul emploi retraite, …)

L’utilisation des informations et contenus disponibles sur ce post ne peut en aucun cas engager la responsabilité de Xpert for U

La génération née en 1957 sera la première à subir les conséquences de la réforme du système de cotisation des retraites complémentaires AGIRC et ARRCO signée en 2015 et qui entrera en vigueur le 01/01/2019.

L’objectif de cette réforme : simplifier le système de cotisation et renflouer les caisses en « contraignant » les salariés à travailler un an de plus pour toucher 100% de leur retraite complémentaire ‘AGIRC-ARRCO’ même s’ils remplissent les conditions de départ à la retraite au taux plein.

Hasard du calendrier, elle s’appliquera après les ordonnances réformant le code du travail qui ont initié une refonte du modèle de salariat tel que nous le connaissons aujourd’hui …

Quelles conséquences pour les futurs retraités ?

Prenons l’exemple de Jean, né le 07/01/1957, qui remplit les conditions de départ à la retraite au taux plein auprès du régime de base le 07/01/2019 – âge légal : 62 ans et nombre de trimestres requis : 166

Si Jean part à la retraite le:

  • 07/01/19, sa retraite complémentaire sera impactée par un malus de 10% pendant 3 ans
  • 07/01/20, sa retraite complémentaire ne sera pas impactée
  • 07/01/21, sa retraite complémentaire bénéficiera d’un bonus de 10% pendant 1 an
  • 07/01/22, sa retraite complémentaire bénéficiera d’un bonus de 20% pendant 1 an
  • 07/01/23, sa retraite complémentaire bénéficiera d’un bonus de 30% pendant 1 an

Des grands perdants

Pôle emploi cessant le versement d‘indemnités aux seniors au chômage ayant atteint les conditions du taux plein, ceux-ci devront alors demander la liquidation de leur retraite et seront alors directement touchés par le malus de 10% pendant 3 ans. En 2016, la France dénombrait plus de 100.000 chômeurs de 59 à 61 ans. (Source : Dares – Emploi et chômage des seniors en 2015 – Chômeur au sens du Bureau International du Travail)

Quelle alternative pour Jean? Quelle bouée de sauvetage pour les seniors au chômage ayant atteint le taux plein?

Le cumul Emploi Retraite: Un dispositif à envisager !

Jean n’est pas contre une poursuite d’activité mais souhaiterait aménager son temps de travail pour une transition progressive vers la retraite. Jean possède par ailleurs une expertise qu’il aimerait transmettre aux jeunes générations et dont les entreprises ont ponctuellement besoin.

Créé en 1983, le cumul Emploi Retraite pourrait répondre aux besoins de Jean et des seniors au chômage ayant atteint le taux plein. En effet, ce dispositif permet aux retraités de reprendre, sous conditions, une activité professionnelle tout en bénéficiant de leur pension de retraite. Près de 500.000 retraités en ont profité en 2015 (Source : Dares – Emploi et chômage des seniors en 2015)

Après analyse de sa situation personnelle (*) et de ses objectifs, Jean décide de demander la liquidation de la totalité de ses retraites et de reprendre une activité en tant que travailleur indépendant qui lui permet de travailler à son rythme.

Ayant atteint l’âge l’égal et ayant cotisé le nombre de trimestres requis, Jean peut cumuler sans restriction sa pension de retraite et les revenus issus de cette activité. En fonction de son expertise, Jean peut négocier des tarifs journaliers qui pourraient lui assurer un complément de revenu confortable.

A noter: depuis 2015, les cotisations versées dans le cadre de la nouvelle activité professionnelle ne permettent plus de bénéficier de nouveaux droits à la retraite quel que soit le régime de cotisation. Ces cotisations seront par contre réévaluées en janvier 2019 (augmentation du taux d’appel et de la Contribution d’Equilibre Générale)

*:  Avant de prendre une quelconque décision, il est préférable de se rapprocher des caisses de retraites de base et complémentaire et/ou de structures spécialisées pour faire un bilan de sa situation personnelle et envisager l’option la plus avantageuse pour soi (poursuite du dernier emploi, cumul emploi retraite, …)

L’utilisation des informations et contenus disponibles sur ce post ne peut en aucun cas engager la responsabilité de Xpert for U